C’est quoi ?

Friture_Bandeau Loren

Friture c’est une radio artisanale mais pas bancale.
Une radio éphémère et itinérante qui se faufile pour écouter des endroits bavards.
Née dans un garage pour grandir sur la route.
Un collectif vivant et indépendant, attiré par le faire soi-même, la création, l’autonomie, l’insolite, l’extraordinaire.
Ce sont des copains, des copines inventifs et inventives produisant des moments radiophoniques au cœur de situations inhabituelles.
C’est de la musique, des sons, de la fête, du partage, de l’échange.
De la création originale collective.
Un bordel joyeux, expérimental, bruyant et rempli d’amour.

Le projet

Friture est un collectif de création radiophonique éphémère et expérimentale. Nous faisons de la radio dans des situations volontairement inconfortables.

Nous produisons une radio contextuelle, curieuse et ouverte sur le réel. Nos antennes sont éphémères car nous trouvons matière à création et à transmission en nous invitant dans des lieux collectifs ou des évènements culturels que nous souhaitons découvrir, auprès de personnes que nous voulons rencontrer. Nous allons chercher l’expérimentation dans tous les domaines : dans la création plastique et sonore mais également dans la vie collective, sociale, etc.

Nous utilisons la radio pour créer des rencontres, du dialogue et diffuser ces échanges ; et nous faisons de la radio parce que nous aimons ça.

L’aspect éphémère et itinérant de nos antennes correspond à notre besoin d’expérimentation. Nous créons des situations de diffusion où nous bousculons nos façons de faire et où nous sommes toujours plongé·e·s dans le déséquilibre et la dé- couverte. Chaque lieu est l’occasion de nouvelles contraintes, de nouveaux jeux de captation et diffusion. Avec Friture, faire de la radio touche à l’improvisation et à la performance.

Pour nous la radio est une création collective, pas uniquement un média à écouter seul·e derrière son poste. La radio est une forme d’art de la rencontre et de la conversation, pour sa fabrication mais aussi au moment de l’antenne. Elle crée de véritables rendez-vous entre producteurs·trices et auditeurs·trices. Friture pratique le son de façon plastique mais ce que nous retenons aussi de la radio, c’est l’espace-temps de rencontre qu’elle peut être.

Les mots-clés de Friture : transmission et échange de savoir / création sonore / faire soi-même / local / radio / autonomie / collectif / amour

Pour l’histoire

Nous nous sommes rencontré·e·s au sein de RadioRadio, radio d’étudiant·e·s de l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Ce qui nous a réuni·e·s là, c’est l’expérimentation sonore, mais aussi le goût du travail en collectif et de la diffusion radiophonique. À partir de 2014, nous avons multiplié les situations de diffusion hors-studio : garage, itinérance, cave, festivals… tous les terrains sont susceptibles d’être les nôtres. Friture est une radio itinérante, souvent hors studio.

FRITURE SUR LES ONDES

Le collectif Friture s’est crée en 2016. Petite sélection de situations où nous avons fait de la radio. Écoutez-nous ici.

• Antenne Diff-Tong au Campus Fluxus à la Fondation du Doute (Blois) – mai 2017
Rencontres et ateliers sur le thème de l’inversion des normes. Pour des raisons techniques ou logistiques, la radio est une pratique très codifiées, que se se passe-t-il lorsque l’on bouscule ces méthodes ?

Fricassée de Printemps avec RadioRadio et le post-diplôme Arts et Créations sonores (Bourges) – avril 2017

Odyssée, festival d’aventures sonores – mars 2017

• Tournée radiophonique – août 2016
Durant un mois, radio road-trip avec diffusion radio quotidienne (de 1h à 6h). Nous sommes allé à la rencontre de personnes et de lieux consacrés à la création et à l’autonomie.
Parti·e·s de Bourges, nous avons fait étape à :
– la Vallée d’Humbligny (Cher), lieu de vie tournée vers l’autonomie
le 102 à Grenoble (Isère), lieu culturel indépendant
Radio Zinzine et Longo Maï à Forcalquier (Alpes de Haute Provence), communauté autogérée
– Le Bruit de la Musique à Saint-Silvain-sous-Toulx (Creuse), festival de musiques contemporaines et improvisées
La Renouée à Gentioux-Pigerolles (Creuse), tiers lieux de vie collective
– L’Utopie Sonore à la Cour des Aulnays (Maine-et-Loire), résidence de création sonore proposée par l’association Bruitagène (Nantes) autour d’ateliers de réalisation et de partage de savoirs.
Pour finir cette tournée au bord de l’océan, à Noirmoutier.

• Radio Tok pendant Vision, la recherche en école d’art, Palais de Tokyo (Paris) – avril 2016
À l’invitation de RadioRadio et le post-diplôme Arts et Créations sonores.

• Printemps de Cave, Printemps de Bourges – avril 2016
À l’invitation d’O.D.C (Odeur de Cave)

L’équipe

Comment fonctionne ce collectif ? On s’écoute, on décide ensemble. Dans Friture vous trouverez huit personnes, plus ou moins drôles, chiantes, sympas, rigoureuses, idéalistes, révolutionnaires…

PAULINE BOURGEOIS

Travaille le tourné-monté, « field-recording » et la fiction. Tout cela lié par l’intérêt envers l’expérimentation, les tentatives.
Entretient la légende du corps sans sommeil.

Abel L.

S’intéresse au son et à la façon de le faire. En vérité, il est musicien amateur depuis bien longtemps. Naturellement, l’étude de l’instrument, à la base de la création musicale s’est alors étendue dans le champ des arts visuels. Pour Friture, il participe à l’habillage sonore et visuel ainsi qu’a la coordination technique. Des reportages et créations également.

Loren Gautier

Quand elle en a assez de travailler seule à ses projets artisticos-conceptualos-documentaros-plastiques, Loren Gautier fait de la radio. D’ailleurs elle a partagé son temps entre ses projets artistiques et un emploi d’animatrice-technico-journalo-réalisatrice à Radio Vassivière. Friture est pour elle l’alliance savoureuse de l’un et l’autre, et en plus, c’est avec les copains.

Romain G.
Claire B.
Jean Bonhoure

Bouzeux notoire, Jean Bonhoure préfère la contemplation à l’action, par souci de rupture filiale. Deux moyens pour ses fins :

  • La bidouille poético-précaire et autres kits D.I.Y. bons marchés
  • La composition de musiques électroniques peu fouillées mais assez rythmées pour les abdos-fessiers
Annely Boucher

Aime les sports collectifs, de contact voire de combat, comme c’est le cas de la radio. S’intéresse à la rencontre et aux formes qu’elle peut prendre.
Reste du travail visible www.contrefictions.fr

Jon Haure-Placé

Catastrophe exponentielle ambulante, sorte d’explorateur sédentaire de zones frontières, adepte du vice-versa et de l’ironie du paradoxe.
Du paysage électrique peuplé de vies qui transpirent l’humidité du court-circuit.
L’envie de voyage d’une micro-faune de mot-valises et autres bagages sonores, une grande mécanique d’engrenages aux hors-champs pignons.
Il cherche aussi une issue de secours dans l’erreur pour y rester planté, mais bon, il pense déjà y arriver à peu près.
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer